Féminisation de la pauvreté

Qu'est-ce que la pauvreté?

La pauvreté est lorsqu’une personne a un revenu trop faible, donc elle ne peut pas subvenir convenablement à son bien-être matériel et à ses besoins fondamentaux, comme l’alimentation, le logement et l’habillement (Conseil canadien de développement social, 2008).

Au Nouveau-Brunswick, on estime plus de 100 000 personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté, dont un grand nombre sont des femmes. Les femmes, qui comptent pour plus de 67 % des personnes dont le revenu annuel est inférieur à 20 000$, occupent généralement davantage les emplois précaires, à temps partiel et dont le salaire est moindre. 

(Savoie, Albert & Lanteigne, 2018).

Qui sont les femmes les plus à risque de vivre dans la pauvreté?

  • Les femmes monoparentales

  • Les femmes âgées

  • Les femmes en situation de handicap

  • Les femmes autochtones

  • Les femmes racisées 

  • Les femmes immigrantes

  • Les femmes de la communauté LGBTQ+

  • Les femmes prestataires d'aide sociale et leur enfants

Saviez-vous qu'une personne célibataire étant récipiendaire d'aide sociale, qui en est en mesure de travailler, reçoit seulement 537$ mensuellement, et que les mères monoparentales reçoivent 887$? (Savoie, Albert & Lanteigne, 2018)

  • En moyenne, le coût d'un logement au Nouveau-Brunswick est de 760$ par mois.

  • En moyenne, le coût pour le service de garde pour un enfant est de 217$ par mois.

  • En moyenne, le coût pour se nourrir est de 506$ par mois.

  • En moyenne, le coût d'essence est de 218$ par mois.

Données sur la pauvreté au Nouveau-Brunswick

Facteurs de risque de pauvreté chez les femmes au Nouveau-Brunswick (Savoie, Albert & Lanteigne, 2018)

  • Alphabétisme (62 % de la population franco-acadienne possède un niveau d’alphabétisme insuffisant)

  • Ruralité (isolement, dépendance, transport, etc.)

  • Filet de sécurité sociale (failles systémiques, programmes qui ne répondent pas toujours aux besoins des femmes)

  • Santé (avec un niveau socioéconomique faible, leurs conditions de santé est plus à risque) 

  • Emplois précaires (elles forment la majeure partie des travailleuses pauvres et elles occupent majoritairement des emplois atypiques)

Discrimination salariale 

Selon Statisque Canada, les femmes vont gagner 91,6 cents pour chaque dollar gagné par les hommes (https://equite-equity.com/fr/le-probleme )

52 % des femmes du Nouveau-Brunswick ont un revenu médian de 23 720$, soit 66,6 % du salaire médian des hommes (Profil Égalité, 2016) 

Elles forment majoritairement la population la plus pauvre, 47 % d’entre elles gagnant moins de 20 000 $ par année (Savoie, Albert & Lanteigne, 2018)

Discours dominants et stéréotypes envers les femmes en situation de pauvreté

C'est quoi un stéréotypes de genre/sexuel?

C'est l'ensemble de croyances partagées par une culture à propos des traits ou des qualités propres aux hommes et aux femmes.

Quelques exemples de ces discours stéréotypés 

Les femmes bénéficiaires de l’aide sociale ont de mauvaises habitudes; 

Elles manquent d’autodétermination; 

Elles sont exigeantes devant la demande de services; 

La pauvreté et la dépendance aux services sont le résultat de mauvaises décisions; 

Les femmes pauvres sont nuisibles et doivent se justifier si elles n’ont pas d’emploi.

Positions du RFNB

Conformément à ses statuts et règlements, le RFNB s’engage à favoriser l’autonomie des femmes dans tous les domaines, que ce soit économique, personnel, social ou politique. 

 

Que le RFNB porte à l’attention du public et des gouvernements les enjeux entourant les inégalités économiques et salariales genrées afin de mieux comprendre les façons dont les femmes vivent la pauvreté et les causes uniques de la pauvreté chez cette population, en particulier, chez les femmes marginalisées et les minorités de genres (AGA 2017).

Pistes de solutions 
  • L'application d'une analyse Inclusive selon le genre (AIG), publique et accessible, afin de mieux comprendre les façons dont les femmes et les minorités de genre vivent la pauvreté et les causes uniques de la pauvreté chez cette population. 

  • L'instauration d'un service de garde universel (abordable et de qualité, qui respecte la dualité linguistique)

  • Une loi sur l'équité salariale dans le secteur privé

  • L'augmentation du salaire minimum à 15$ par heure

Références 

Savoie, L., Albert, H. & Lanteigne, I. (2018). Mythes et mensonges sur les femmes en situation de pauvreté en milieu rural : lever le voile sur des réalités de femmes actrices de leur vie. Nouvelles pratiques sociales, 30 (1). https://doi.org/10.7202/1051404ar 

Conseil canadien de développement social. (2008). Le point sur la pauvreté au Canada : définition du problème, stratégies de travail et mesure de succès, 29(3-4), 1-28.  

https://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/ministeres/sies/presentation/content/donnees_surlapauvreteauNouveauBrunswick.html#TOP

 

https://equite-equity.com/fr/le-probleme

Ressources supplémentaires

Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick

236 rue St George, bureau 315
Moncton
Nouveau-Brunswick
E1C 1W1
506-381-2255

 

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Instagram