Services de garde

Le Nouveau-Brunswick, comme le Canada dans son ensemble, doit affronter de nombreuses inégalités dans le secteur des services de garde (rapport commission d'étude) :

  • Des pénuries concernant les services de garde pour les nourrissons, les enfants avec besoins spéciaux, les familles avec un horaire de travail non conventionnel et surtout, les enfants autochtones;

  • Le manque de financement;

  • La dépendance financière des frais de gardes payés par les parents;

  • Le recours aux services de garde non agréés, étant la seule alternative abordable;

  • Le salaire faible et le manque de reconnaissance envers les éducatrices et éducateurs;

  • Les tarifs compétitifs, qui entrainent la qualité inégale des programmes éducatifs.

Situation actuelle au Nouveau-Brunswick 

  • Lors de son mandat, Brian Gallant, ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, a annoncé plusieurs changements dans le système de services de garde.

 

  • En janvier 2019, le premier ministre Blaine Higgs a annoncé son intention de conserver le programme.

 

  • Le programme est présentement en déploiement à travers la province. En se conformant aux normes de qualité, les garderies peuvent se doter de la désignation de « centre de la petite enfance », ce qui permet aux parents de recevoir des subventions pour ces centres.

 

  • Les familles où les deux parents travaillent et qui ont un revenu annuel brut inférieur à 37 501$ bénéficient de la gratuité des services dans ces centres. Les familles ayant un revenu annuel brut entre 37 501$ et 80 000$, peuvent recevoir des subventions qui sont calculées à partir du nombre d’enfants qui ont besoin d’un service de garde et du revenu.

 

  • Les familles avec plusieurs enfants d'âge préscolaire (moins de cinq ans) ne paieront pas plus de 20 % du revenu annuel brut de leur ménage pour la garde de leurs enfants. 

  • En moyenne, le coût pour le service de garde pour un enfant est 217$ par mois, soit 2606$ par an (GNB).

  • Les services de garde dispendieux ont une influence sur le choix d’emploi des femmes, qui sacrifient souvent leur carrières afin de faciliter la garde des enfants. 

Pistes de solution 

 L’éducation à la petite enfance devrait être pensée comme un aspect de l’éducation au même titre que le reste du parcours scolaire.

L’investissement en ce qui concerne les services de garde permettrait au GNB de mettre en œuvre l’axe de la petite enfance contenue dans la Politique d’aménagement linguistique et culturel (PALC). 

Pour favoriser la conciliation travail-famille, l’insertion des femmes sur le marché du travail et leur participation dans les sphères décisionnelles, un système de service de garde de qualité, abordable s’avère un vecteur essentiel. 

Que l'on augmente graduellement et de façon continue l’investissement public afin de créer un système de services de garderie éducatifs agréés et viables pour les enfants de la naissance jusqu’à l’âge de quatre ans.

Que le gouvernement provincial adopte une politique familiale qui reconnaît la diversité des cultures, des familles et des besoins lorsqu’il développe des lignes directrices sur les congés parentaux, le soutien financier aux familles et des services de garderie éducatifs agréés.

Que le ministère entreprenne une planification judicieuse afin de s’assurer que les qualifications en éducation de la petite enfance de tous les éducatrices/éducateurs et opératrices/opérateurs qui travaillent auprès de jeunes enfants soient augmentées et appuyées d’une rémunération adéquate.

Pourquoi avoir un service de garde public?

Un service de garde public aiderait à réduire la pauvreté, faciliterait la conciliation travail-famille et l'implication des femmes - qui restent les premières responsables de tâches domestiques - dans les postes décisionnels, permettrait une meilleure intégration sociale ainsi qu'une égalité des chances et contribuerait au développement et au mieux-être des enfants.

Pourquoi repenser le système de service de garde? 

  • La création d’un service de garde universel et subventionné stimulerait la croissance économique et permettrait de réduire l’écart de la participation des femmes sur le marché du travail (Association canadienne pour la promotion des services de garde, 2017).

  • Les investissements dans le secteur de la petite enfance sont ceux qui rapportent le plus à la société. Des recherches démontrent qu’un dollar investi dans les soins donnés à un enfant âgé de moins de six ans peut rapporter jusqu’à sept dollars à la société  (Stämpfli, 2016).

  • Les services de garde de qualité et abordables améliorent les habiletés cognitives des enfants, leur futur bien-être économique et leurs résultats sociaux, particulièrement chez les enfants issues de familles moins nanties  (Piano 2014).

Positions du RFNB

  • Avoir un système de garde public, universel, accessible et de qualité en milieu rural et urbain qui respecte la dualité linguistique. 

Pourquoi la dualité linguistique? Étant une province officiellement bilingue, il est crucial que la dualité linguistique soit instaurée de façon officielle. Les services de garde francophones devraient relever du secteur francophone du ministère de l'Éducation.

 

Pourquoi l'universalité du système de garde? Pour avoir une réelle égalité des chances pour les enfants de toutes les communautés marginalisées, en particulier les communautés autochtones.

 

Pourquoi une réévaluation des salaires? Des salaires équitables des éducatrices à la petite enfance sont non seulement nécessaires, mais permettraient d'atteindre l'équité salariale et la valorisation des éducatrices.

RESSOURCES

 

Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick. (2015). Mémoire sur les services de garde : Pour une réelle consultation. Récupéré de   : http://rfnb.ca/documents/memoires

RÉFÉRENCES

https://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/ed/pdf/ELCC/ValoriserLesEnfantsLesFamillesEtLesServicesDeGarderieEducatifs.pdf 

https://www2.gnb.ca/content/gnb/fr/ministeres/sies/presentation/content/donnees_surlapauvreteauNouveauBrunswick.html#TOP

Association canadienne pour la promotion des services de garde à l’enfance. (2017). Nouvelle. Récupéré de :https://acpsge.ca/2017/02/14/le-conseil-consultatif-en-matiere-de-croissance-economique-fait-la-promotion-dun-programme-universel-de-garde-denfants-comme-politique-pour-stimuler-la-croissance-economique/ 

Piano, M. (2014). Are we ready for universal childcare in Canada? Recommendations for equality of opportunity through childcare in Canada. Canada 2020 Analytical Commentary. Récupéré de: http://canada2020.ca/wp-content/uploads/2014/01/Canada-2020-Analytical-Commentary-No.-6-Universal-childcare-Jan-29-2014.pdf 

Stämpfli, N. (2016, 19 mars). Services de garde: le financement universel devrait primer. 

Le Devoir. Récupéré de:  http://www.ledevoir.com/societe/education/465937/services-de-garde-le-financement-universel-devrait-primer 

Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick

236 rue St George, bureau 315
Moncton
Nouveau-Brunswick
E1C 1W1
506-381-2255

 

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Instagram